Soins à un patient hospitalisé pour un infarctus du myocarde

 

 

   

 

SOINS A L' ADMISSION EN USIC

  • Réaliser d'emblée un E.C.G
  • Installer un monitoring cardiaque continu (3 électrodes)
  • Poser une voie d'abord veineuse
  • Effectuer un bilan biologique complet à l'admission selon prescription
  • Rechercher et noter la présence de signes de gravité : pouls faible ou irrégulier, TA basse, polypnée et/ou hyper intensité de la douleur thoracique
  • Demander une radiographie du thorax au lit du malade
  • Effectuer un prélèvement d'urines à la recherche de sucre, protéines ou corps cétoniques
  •  

     

     

    SOULAGER LA DOULEUR

  • Administrer le plus rapidement possible sur prescription médicale un antalgique majeur (dérivé morphinique)
  • En cas de reprise de la douleur : alerter le médecin, effectuer un E.C.G de contrôle, réaliser une pulvérisation sublinguale de trinitrine ou donner un comprimé de trinitrine à croquer (selon la prescription médicale) et en apprécier le résultat, transmissions écrites dans le dossier de soins
  • Mettre en route l'oxygénothérapie selon le débit prescrit et vérifier que le rythme respiratoire du malade ralentit, que la dyspnée disparaît et que les téguments se recolorent. Le patient devient rapidement plus calme
  •  

     

     

    CALMER, RASSURER LE PATIENT, L' AIDER A S' ADAPTER A L' ENVIRONNEMENT DE L'USIC

  • La maladie coronarienne est anxiogène et une hospitalisation brutale en USIC peut avoir un retentissement fâcheux sur le moral du patient
  • L'urgence, les appareils nombreux et imposants entraînent une inquiétude chez le patient
  • Importance de la qualité d'accueil de l'infirmière : adopter une attitude sûre, détendue, rassurante, expliquer les soins et leurs objectifs, informer le patient du fonctionnement des alarmes des appareils (moniteur cardiaque, appareil à tension, saturomètre, pousse seringue électriques...) afin d'éviter une inquiétude à chaque alarme. Lui expliquer qu'il est en USIC pour une 'mise en observation' pendant quelques jours
  • Lui expliquer qu'il est entouré d'une équipe de soignants parfaitement entraînée à ce type de pathologie et toujours disposés à intervenir
  •  

     

     

    PREVENIR LES COMPLICATIONS PRECOCES DE L' INFARCTUS

  • L'infirmier(ère) doit connaître les principales complications précoces et être capable d'identifier les premiers symptômes correspondant à chacune de ces complications. Au moindre doute, informer immédiatement le médecin et accomplir, si nécessaire, les premiers gestes d'urgence en attendant son arrivée
  • Repos au lit absolu et complet, 'repos intellectuel' (sur prescription traitement anxiolytique)
  • Avoir un bon abord veineux. Surveiller : débit de la perfusion, point de ponction
  • Contrôle biologique régulier selon prescription
  • Appliquer les prescriptions médicamenteuses : héparinothérapie avec contrôle quotidien du TCA
  • Surveillances (noter) : rythme cardiaque (monitoring continu, régler les alarmes), TA (toutes les 30 mn le 1° jour puis toutes les heures), température 2 fois par jour, ECG 2 fois par jour et à chaque nouvelle douleur, diurèse des 24h, bilans biologiques journaliers (avertir le médecin si résultats anormaux), noter toute anomalie (dyspnée, ESV (extrasystoles ventriculaires), vomissements...) + traitements en cours
  •  

     

     

    SOUTIEN ET CONFORT DU PATIENT

    Expliquer au patient le déroulement de son hospitalisation, les soins effectués et leurs objectifs. Le rassurer, le réconforter

  • Hygiène corporelle : toilette au lit sans participation du patient les 2-3 premiers jours. Ensuite, dès autorisation du médecin, participation du malade à sa toilette (surveiller le malade à la recherche d'un signe E.C.G (ESV,...), essoufflement)
  • Installation du patient en position 1/2 assise, calé par des oreillers. Changer la literie aussi souvent que nécessaire (transpiration abondante fréquente)
  • Demander au patient de signaler toute douleur, difficulté respiratoire ou point de côté
  • Prévention des escarres par massage des points d'appui plusieurs fois par jour
  • Palper des mollets, apprécier la chaleur cutanée des jambes à la recherche d'une phlébite débutante
  • Mobilisation : passive, par un tiers au début. Rapidement, sur avis médical, mobilisation active (mouvements à réaliser par le patient dans son lit). Avec accord médical, le patient pourra s'asseoir au bord du lit à partir du 3° jour
  • Vérifier le transit intestinal : durant les 1° jours de repos strict, le patient devra éviter les efforts liés à la défécation. Lui proposer, au besoin, la prise d'une cuillérée d'huile de paraffine avant le repas ou la réalisation d'un mini lavement évacuateur (microlax)
  • Vérifier que le patient urine seul et lui expliquer les modalités de recueil des urines sur 24h
  • Repos du patient : les 3 premiers jours, éviter lectures, télévision, effort intellectuel et visites trop fréquentes
  • Etre a l'écoute du patient
  •  

     

     

    PROTEGER LE PATIENT CONTRE LES RISQUES INFECTIEUX

  • Asepsie très rigoureuse lors de tous les soins techniques
  • Déceler une veinite débutante et changer la voie d'abord au moindre doute
  • Pratiquer une série d'hémocultures en cas de pic fébrile ou frissons inexpliqués
  • Rechercher un foyer infectieux ORL, dentaire, etc.
  •  

     

     

    SOINS POST INFARCTUS A LA SORTIE DE L'USIC

  • Traitement médicamenteux : relais de l'héparinothérapie par des injections sous-cutanées de Calciparine ou Fraxiparine. Le plus souvent le patient quitte l'hôpital sans traitement anticoagulant sauf s'il persiste un anévrysme ou une dysfonction du ventricule gauche : dans ce cas relais par anti vitamines K (doses efficaces si INR comprise entre 2 et 3 ou TP compris entre 25 et 35%). Informer le patient qu'un surdosage d'anticoagulants peut entraîner : gingivorragie, épistaxis, hématurie...
  • Surveillance : température, TA et pouls 2 fois/jour, E.C.G une fois par jour, diurèse des 24h (pendant 10 jours).
  • L'infirmier(ère) doit rester attentive aux plaintes du patient. Au moindre doute : faire un ECG, prendre le pouls (apprécier le rythme et la fréquence cardiaque), la TA, prévenir le médecin
  • Réadapter le sujet à l'effort : 1° lever vers le 3° jour (avec accord du médecin) : mise au fauteuil quelques minutes puis progressivement position assise plus prolongée, marche autour du lit, promenade dans les couloirs du service, exercices spécifiques de réadaptation en salle
  • Eduquer le patient au traitement de sortie : traitement antiagrégant (anodin, préventif et au long cours, à prendre de préférence hors des repas) ; anti vitamines K (respecter les doses et horaires de prise, éviter toute association médicamenteuse sans avis médical, contrôles biologiques de l'INR fréquents, apprendre au patient les signes d'une hypocoagubilité excessive, injections IM interdites, porter sur lui carte de groupe sanguin et carnet de traitement + résultats bilans)
  • Nouvelle hygiène de vie : convalescence dans un endroit calme, de confiance, sans crainte, reprise dès que possible de l'activité professionnelle, pratiquer la marche prolongée, éviter tabac, stress, sédentarité, obésité, H.T.A, dyslipidémie...
  •  

     

     

    Commentaires (1)

    1. MMMMM 09/03/2011

    BJ
    CE SITE EST SUPER. POUR CETTE RAISON JE SOUHAITE SAVOIR SI VOUS AIDE DISPONIBLE POUR QQS COURS PARTICULIER. JE suis une fille etudiante EN 2 ANNEE ETES VOUS DISPONIBLE? impeccable11@hotmail.fr56:

    Ajouter un commentaire

    Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

    Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

    ×