Pose d'une sonde gastrique

  

 

PRESENTATION

Il existe plusieurs types de sondes, graduées par des traits :

  • Sonde gastro-duodénale standard (utilisée surtout pour l'hydratation, l'alimentation, le tubage)
  • Sonde gastro-duodénale lestée (utilisée si muqueuse fragilisée par exemple lors de la chirurgie de l'oesophage)
  • Sonde gastro-duodénale à double courant (utilisée en général pour les aspirations digestives)
  • Tube de Faucher (utilisée pour le lavage gastrique dans les intoxications médicamenteuses)
  •  

     

     

    INDICATIONS

  • Réhydratation
  • Alimentation
  • Tubage
  • Lavage d'estomac
  • Aspiration gastrique
  • Hémorragie digestive
  •  

     

     

    CONTRE INDICATIONS

  • Traumatismes cervico-faciaux
  • Dérivations de cloisons importantes
  • Problèmes au niveau des voies aériennes supérieures, de l'estomac et de l'oesophage
  •  

     

     

    MATERIEL

  • Sonde gastrique
  • Eau, silisonde ou gel pour lubrifier
  • Seringue de 60 ml
  • 1 verre d'eau Protection
  • Compresses
  • Sparadrap
  •  

     

     

    MISE EN PLACE CHEZ UN PATIENT CONSCIENT

  • Prévenir le patient et lui expliquer la manoeuvre à effectuer
  • Patient à jeun de préférence, en position demi assise
  • Contrôler l'état des narines (existence d'une déviation).
  • Utiliser la narine la plus perméable
  • Demander au patient de se moucher
  • Mesurer la longueur de sonde à introduire = distance oreille/nez/creux xiphoïdien ou distance nez/ombilic
  •  Introduire la sonde lubrifiée par une narine, tête légèrement fléchie en avant (pour faciliter le passage) et demander au patient de déglutir tout en poussant la sonde jusque dans l'estomac (au trait repéré à la mesure de la longueur de sonde à introduire).
  • Eventuellement on peut lui demander, s'il n'existe pas de contre indications, de boire quelques gorgées d'eau pour faciliter la déglutition de la sonde
  • Vérifier la bonne position de la sonde dans l'estomac : soit à l'aide de la seringue de 60 ml en aspirant du liquide gastrique, soit en injectant de l'air dans l'estomac tout en écoutant à l'aide d'un stéthoscope (un gargouillis à l'injection d'air indique que la sonde est bien dans l'estomac), soit par une radiographie de contrôle
  • Fixer la sonde à l'aide d'un sparadrap sur le nez (forme de T)
  • Une sonde peut être laissée en place plusieurs semaines
  •  

     

     

    MISE EN PLACE CHEZ UN PATIENT INCONSCIENT

    Passer la sonde après intubation pour éviter les risques de fausses routes

     

     

     

    UTILISATION ET SURVEILLANCE

    Alimentation et médicaments

  • Toujours vérifier qu'on est bien dans l'estomac (aspirer quelques millilitres ou injecter de l'air en écoutant au stéthoscope)
  • Débit lent : 80 à 100 ml/h soit par la tubulure ou par pompe d'alimentation entérale
  • Bien rincer après l'administration et clamper la sonde
  • La sonde est laissée en place selon l'avis médical
  • En cas de vomissements, vérifier que la sonde est restée bien en place
  • Attention à la chaleur des aliments : toujours vérifier la température des aliments avant administration pour éviter toute brûlure
  • Lavage

  • En cas d'hématémèse, lavage ou non avec de l'eau glacée, selon le service, jusqu'à obtention d'un liquide clair
  • En cas d'intoxication médicamenteuse, on utilise le tube de Faucher avec sa tulipe et un minimum de 13 litres de sérum salé
  • Tubage

  • Il est utilisé pour rechercher des germes (BK)
  • Aspiration

  • Elle est utilisée en cas de vomissements répétitifs ou pour mettre le tube digestif au repos au cours d'une occlusion digestive ou d'une intervention sur le tube digestif
  • Elle permet de mesurer les volumes et de surveiller l'équilibre hydro électrolytique
  •  

     

     

    Ajouter un commentaire

    Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

    Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site